Emblème de l’Australie, le monument illumine le port de ses conques de béton blanc, dressées au dessus de la baie. 43 ans après son ouverture, la visite du site étendard de la culture aussie rappelle combien, d’audaces techniques en querelles de chantier, les défis furent à la hauteur de l’aventure.

1959-1973. Ce pourrait être une inscription tombale, ce fut, plus sobrement, la durée de construction de l’opéra de Sydney... Oui, quatorze ans mortifères pour édifier cette œuvre, alors qu’il n’en était prévu, à l’origine, que... trois. On comprend mieux que le dérapage ait tué la crédibilité de Jørn Utzon, l’architecte vainqueur du concours.

 

Rappel des faits...

Lorsque le premier ministre australien Joseph Cahill lance la compétition d’architecture en 1957 pour la construction d’un lieu de productions théâtrales et musicales, ils sont plus de 230 à répondre. Parmi eux, Utzon, jeune « archi » danois âgé de 38 ans, quasi inconnu hors de ses frontières. Il l’emporte grâce à la puissance de son concept, mêlant influences navale, antique et maya.

Au fil des six premières années, l’architecte et son équipe finissent par se calfeutrer à l’écart des ingénieurs. Ces derniers l’ont pris en grippe à cause « d’impossibilités » techniques et d’un coût devenu prohibitif. Pas un seul accident mortel de chantier ne sera pourtant à déplorer, bien que les ouvriers travaillent à l’époque sans harnais. En 1965, Utzon, acculé, est contraint à la démission et au retour au Danemark. Il ne verra jamais son œuvre achevée...

 

Le centre d'art le plus fréquenté du monde

Lorsque la Reine Elisabeth II inaugure l’opéra en 1973, l’Australie exulte. Quatre décennies plus tard, le monument n’a pas perdu une seule once de grâce. Construit sur un ancien site aborigène (Bennelong Point), il continue d’accumuler les performances, comme le démontrent les Sydney Opera House Tours organisés pour les touristes.

Des exemples ? C’est le centre d’art et de spectacles le plus fréquenté du monde, avec 8,2 millions de visiteurs annuels. Ouvert 363 jours par an, il accueille plus de 2 000 représentations (musique, danse, théâtre, concours, rencontres sportives, shows politiques...) – Arnold Schwarzenegger y a remporté, dans les années 1980, son dernier titre de Mr Olympia en body building. La plus grande salle des six que compte l’opéra, le Concert Hall (2 700 places), abrite un mécanisme d’orgue recordman du monde, avec 10 000 tuyaux ! Le toit de l’Opéra, si resplendissant sous le soleil austral, est composé de plus d’un million de carreaux de céramique auto nettoyants, fournis par une entreprise suédoise. Les vitres, elles, viennent de Saint-Gobain, cocorico !

A déambuler ainsi dans les corridors et les foyers, on est surpris par la luminosité des espaces, l’impression d’aisance et de modernité – si le bâtiment a pris des rides, elles sont bien cachées, même si l’œuvre est en perpétuelle rénovation. Inscrit depuis 2007 au patrimoine mondial de l’Unesco, l’opéra n’est pas avare d’anecdotes. The Playhouse, plus petite salle avec 398 places, était dans les années 1970 utilisée pour les projections de films, notamment sportifs. Les blonds surfeurs aussies venaient ainsi voir les exploits de leurs collègues, les planches sous le bras ! Et doit-on rappeler que quelques spectateurs du balcon de la salle Joan Sutherland – celle qui accueille les représentations d’opéra, 1 550 sièges – sont parfois tombés à l’étage inférieur, au parterre ?

Et Jørn Utzon, direz-vous ? En 1998, l’Australie s’est excusée officiellement de l’avoir disgracié. L’histoire raconte qu’il aurait raccroché au nez de l’interlocuteur l’invitant à venir voir, enfin, le fruit de son travail. C’est finalement son fils Kim, architecte lui aussi, qui honorera de sa présence l’invitation, au cours de laquelle une sixième salle, l’Utzon Room, sera inaugurée. Utzon père, lui, est décédé en 2008. Une vie pour une œuvre passée à la postérité.

 

Informations pratiques

Y aller ?
Avec Qatar Airways, vols Paris-Sydney via Doha. A partir de 985 € A/R.

Meilleures saisons : toute l’année sauf peut-être durant l’hiver austral (juin à septembre).

Voyagiste spécialiste : Australie Tours.
Depuis 30 ans, ce voyagiste propose séjours, circuits guidés ou en hôtels + voitures, et voyages à thèmes dans tout le pays.
australietours.com

Site officiel : sydneyoperahouse.com

 

L'auteur

Philippe Bourget

Journaliste free lance, auteur, je parcours le monde depuis 15 ans pour la presse tourisme grand public et économique. Géographe de formation, je me passionne pour la nature autant que pour les liens que tissent les peuples avec leurs territoires.

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Opéra de Sydney Opéra de Sydney
Opéra de Sydney
Sydney
1h00