Fréquenté surtout par les touristes allemands, suisses-allemands et ses voisins lombards, le lac de Lugano est une perle d’eau sertie au cœur des Alpes.

Le lac de Lugano (48 km2) a une forme singulière. Ses cinq branches entremêlées dessinent un réseau aquatique que l’on franchit sans cesse, que l’on arrive de Chiasso ou de Bellinzona par voie ferrée ou par l’autoroute.

Même impression lorsque, à la frontière italienne, on suit le rivage de Ponte Tresa à Agno, en passant par Lugano, et que l'on revient en Italie en direction de Porlezza. Bref : en longeant ses rives (à 271 m d’altitude), on croit changer continuellement de lac, alors que l'on se penche toujours sur le même miroir d’eau douce...

Doux dépaysement en croisière

Cet agréable dépaysement s’amplifie lorsque l’on se déplace sur la surface de l’eau. La Società Navigazione del Lago di Lugano dispose de huit bateaux et propose plusieurs itinéraires au départ de Lugano.
Outre les croisières privées, disponibles sur réservation, des circuits sont prévus tous les jours vers Gandria ou vers Porto Ceresio (l’une des deux pointes sud du lac, en Italie, l’autre étant Capolago, en Suisse). Cette croisière mène au charmant village de Morcote, situé en territoire suisse, juste en face (à moins d’un kilomètre à vol d’oiseau) de la rive lombarde.

La croisière part de Paradiso. Cet embarcadère doit son nom à la commune devenue de facto le quartier sud de Lugano, au pied du mont San Salvatore qui domine la ville avec ses 912 mètres (on peut rejoindre le sommet en funiculaire).

En face de Paradiso se trouve le petit bourg de Caprino (400 habitants l’été, une vingtaine l’hiver), accessible uniquement par le lac ou au prix d’un très long détour à pied. Ce hameau, exposé plein nord, a longtemps abrité les caves des commerçants luganais : les aliments y étaient conservés dans des conditions idéales dues au manque de soleil l’hiver, de la Saint-Martin (11 novembre) jusqu’à la Chandeleur (2 février).

La croisière aborde ensuite l’embarcadère de Campione d’Italia, enclave tricolore en territoire suisse depuis 1861. À quelques mètres du rivage trône l’imposant casino municipal construit d’après le projet du célèbre architecte Mario Botta : une construction moderne dont certains critiquent la forme cubique et les dimensions.
Plus au sud, le bateau passe sous le ponte-diga (pont-barrage )de Melide, construit en 1847 par Pasquale Lucchini et qui depuis divise le Ceresio « en deux lacs ». Suivent les bourgs de Bissone (à l’est), de Melide (à l’ouest), puis de Brusino, juste en face du village enchanteur de Morcote.

Morcote ou le royaume-soleil

L’ancien village de Morcote (700 habitants) ne pourrait être mieux placé. Situé sur la pointe méridionale du promontoire du mont Arbostora, il est exposé plein sud. Les habitants profitent du soleil toute la journée : ce n’est pas par hasard que ce bourg existait déjà au 10e siècle.

La promenade le long du rivage est charmante en toute saison. Par beau temps, il faut monter les 404 marches de l’escalier monumental pour voir de près les églises de Sant’Antonio Abate, Santa Maria del Sasso et l’oratoire de Sant’Antonio da Padova.

Le bourg recèle d’autres beautés : le cimetière monumental, la tour médiévale du « capitaine », les jardins botaniques Scherrer. Les plus audacieux peuvent également grimper jusqu’au château du 12e s., à 475 mètres. Un belvédère exceptionnel !

Informations pratiques

Office du tourisme de Morcote
www.morcoteturismo.ch

Office du tourisme de Lugano
www.lugano-tourism.ch

Les sites cités dans ce reportage

Lac de Lugano Lac de Lugano
Lac de Lugano
Porto-Ceresio
0h30
Église Sainte-Marie-des-Anges Église Sainte-Marie-des-Anges
Église Sainte-Marie-des-Anges
Lugano
0h30
Parc Scherrer Parc Scherrer
Parc Scherrer
Lugano
1h00