À Moscou, sur l’île Bolotny, l’ancienne chocolaterie industrielle « Octobre Rouge » est devenue le nouveau spot artistique de la capitale russe. Un pôle culturel jeune et festif qui donne une dimension underground à un quartier en pleine régénérescence.

Les observateurs avides de mutations urbaines l’ont surnommé le « Soho de Moscou ». Le raccourci est excessif mais illustre le nouveau penchant d’un quartier stimulé par les audaces de l’ancienne fabrique de chocolat « Octobre Rouge », devenue en quelques années un repaire de galeristes, producteurs et designers en tout genre. Nous ne sommes pas dans un faubourg anonyme de Moscou, mais sur l’île Bolotny, sur la Moskova, à seulement quinze minutes à pied des murs du Kremlin. « Octobre Rouge » est le cœur de ce quartier en plein renouveau. Créée en 1687, elle a conservé son nom, qui date sa nationalisation en 1917, et le rouge emblématique de ses briques, qui la met en évidence, en face de la clinquante cathédrale du Christ-Sauveur. Celle-là même où les Pussy Riot ont défrayé la chronique en février 2012.

Studios graphiques, ateliers design…

La balade dans les cours et passages sombres d’« Octobre Rouge » ressemble fort à celles que l’on peut effectuer, à Londres ou Berlin, dans les sites industriels convertis en lieux artistiques. Au pied des vieilles cheminées, des jeunes au look décontracté marchent ou discutent en fumant des cigarettes, avant de rejoindre dans les étages studios graphiques, ateliers de design ou galeries photos… Bars et restaurants s’affichent comme des lieux de sociabilité pour initiés, tel l’Akademiya ou le Dome. Dans un ancien hangar géant, le Rai Club fait depuis 2007 le bonheur des amateurs de nuits électro. Une société audiovisuelle en vogue, Fresh Production, a pignon sur rue. On peut même acheter, encore, des chocolats. Bien que délocalisée, la production d’Octobre Rouge est toujours vendue dans une petite boutique. Tout ce monde vit et circule au milieu d’ouvriers en salopette, s’affairant à la rénovation des bâtiments de ce vaste îlot post-industriel.

Le palais Kirillov

Non loin, se dresse le petit palais Kirillov, hôtel particulier du 17e s., donné par l’empereur Alexandre II à la Société impériale d’archéologie en 1868. De vieilles babouchkas se promènent encore dans les jardins aux herbes folles qui le séparent d’une petite église orthodoxe. Tout autour, le quartier se transforme doucement, à coups de bureaux et de nouveaux appartements. Sur le front de la Moskova, des restaurants lounge accueillent les bimbos et nouveaux riches russes, comme sur la grande terrasse du Strelka Bar, un lieu où il est bien vu de se montrer. À la pointe sud de l’île, sur un îlot spécialement aménagé, se dresse la célèbre statue en acier du tsar Pierre le Grand, œuvre du sculpteur russe Zourab Tsereteli. D’une hauteur de 94 mètres, c’est la plus grande de Russie. Réalisée pour le 500e anniversaire de la découverte de l’Amérique, elle représentait à l’origine Christophe Colomb et devait être offerte à une ville du Nouveau Continent. Refusée par New York, Baltimore et Miami, c’est à Moscou qu’elle a finalement été donnée, après que le sculpteur a remplacé la tête du navigateur génois par celle de Pierre le Grand. A ne pas manquer : la cathédrale du Christ-Sauveur, qui est située juste de l’autre côté de la Moskova. Il suffit pour y accéder de passer par une large passerelle piétonne. Détruite par Staline en 1931, elle a été reconstruite à l’identique, preuve que le Moscou traditionnel n’est pas mort.

Informations pratiques

Meilleure saison : de mai à septembre. Climat chaud et lourd à l’été à Moscou. Hivers rudes et enneigés.
Formalités : justificatif de séjour et visa obligatoires, ainsi qu’une attestation nominative d’assurance. Passeport valide, avec double page vierge.
Hébergement : Hôtel Pierre Ier, Neglinnaya, 17. Un hôtel haut de gamme, pour hommes d’affaires et touristes.

L'auteur

Philippe Bourget

Journaliste free lance, auteur, je parcours le monde depuis 15 ans pour la presse tourisme grand public et économique. Géographe de formation, je me passionne pour la nature autant que pour les liens que tissent les peuples avec leurs territoires.

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Cathédrale du Christ-Sauveur
Cathédrale du Christ-Sauveur
Moskva
0h30