Détruite à 90% par les bombardements allemands en 1940, Rotterdam est devenu au cours de la deuxième partie du 20e s. un laboratoire d’architecture moderne. Désormais peuplé de gratte-ciel, la ville a accueilli les plus grands noms de l’architecture, d’Álvaro Siza à Norman Foster, en passant par un enfant de la ville, Rem Koolhas.

Ne vous privez surtout pas du plaisir d’une croisière au prétexte snobinard qu’il faudrait laisser ce genre d’activités « aux touristes ». C’est pourtant le meilleur moyen de découvrir le port de Rotterdam (et même la ville). Vous ne pourrez qu’éprouver fascination pour cet univers industriel démesuré, gigantesque, inhumain. Rapidement, on dépasse les derniers quartiers d’habitation de la ville pour apercevoir les premiers super tankers, ces Léviathans d’acier chargés jusqu’à la gueule de montagnes de conteneurs. Suivent ensuite des dizaines de kilomètres de quais, de hangars, de grues, d’entrepôts, de chantiers navals. De rares fourmis s’affairent au milieu de ce tohu-bohu métallique.

Saviez-vous que 90% du jus d’orange concentré consommé en Europe arrive directement du Brésil dans une citerne géante du port de Rotterdam ? Saviez-vous que l’apparition du conteneur, capable de transporter du solide, du liquide et même du congelé, a représenté une véritable révolution dans l’histoire des transports au 20e s. ? Chaque année, les cargos débarquent environ 420 millions de tonnes de marchandise dont 90% des hydrocarbures raffinés en Europe ! Grâce à un réseau de voies de transport qui associe le train, la route, les voies navigables et les pipelines, le port de Rotterdam livre chaque jour 160 millions de consommateurs de l’Europe de l’Ouest en 48 heures.

Rotterdam à vélo

C’est le complément idéal de la croisière. Cette ville de contrastes alterne grands buildings de bureaux et d’habitations, axes rapides pour les voitures et voies cyclables, canaux et fleuves, rues piétonnes et petits coins tranquilles. À vélo, grâce à l’immense réseau de pistes cyclables protégées, c’est une partie de plaisir.

Déjà dominée par la tour Montevideo de Francine Houben, le World Port Centre de Sir Norman Forster, et la Maastoren du cabinet d’architectes Dam & partners, la presqu’île de Wilheminaplein abrite aussi des lieux courus comme le centre néerlandais de la photographie, le café Rotterdam (situé dans le Cruise terminal, incroyable exemple d’architecture 1970) ou un restaurant couru, Las Palmas. Au bout de la presqu’île, un genre de manoir néogothique a survécu entre deux immenses tours modernes. Il s’agit du bureau de la compagnie transatlantique Holland-America qui emmena des centaines de milliers d’émigrants vers les États-Unis. Le lieu est devenu l’hôtel-café-restaurant New York dont la terrasse baignée de soleil jouit d’une vue superbe sur la Meuse et le ballet des péniches.

Spots de charme à Rotterdam

Eh oui, le quatrième port du monde ne se résume pas à ses gratte-ciel immenses et ses quartiers d’affaires. Quelques coins tranquilles ont survécu aux bombes mais aussi à l’architecture fonctionnaliste en vigueur dans les années d’après-guerre, et dont on revient progressivement. Construit en 1325, le vieux port (Oude Haven) a gardé de beaux restes, avec ses canaux à l’ancienne, ses péniches traditionnelles et deux beaux voiliers de commerce qui font partie du musée maritime de plein air. Les terrasses de café permettent de prendre du bon temps dans ce décor apaisant, d’où l’on aperçoit la Maison blanche (Witte Huis), premier « immeuble » d’Europe construit à la fin du 19e s. Juste derrière vous, la modernité reprend néanmoins ses droits avec les célèbres maisons cubes de l’architecte Piet Blom. L’une d’entre elles se visite.

Autre endroit tranquille, « le parc » (Het park, ainsi nommé parce qu’il est le seul au cœur de Rotterdam) forme un immense poumon vert à l’anglaise et un havre de paix. L’été, des festivals s’y installent, et les rotterdamois y pratiquent le barbecue. Au fond du parc, l’Euromast figure l’autre emblème de Rotterdam, avec le pont Érasme. Cette tour fut construite en 1960 pour célébrer la naissance des Floriades, un festival de fleurs et de jardins qui a lieu tous les dix ans en Hollande. Un ascenseur panoramique permet d’embrasser une vue qui porte jusqu’à Delft. Dans la tour, vous trouverez également un restaurant et même deux suites.

Autre poumon vert, le parc des musées regroupe plusieurs institutions culturelles, le Kunsthall, le musée d’histoire naturelle et le musée Boijmans Van Beuningen. Ce dernier vaut absolument une visite pour son exceptionnelle collection d’art ancien (La Tour de Babel de Brueghel l’Ancien) mais aussi pour ses nombreuses œuvres d’art moderne et contemporain. Sans parler du délicieux jardin avec canaux, fontaines et canards où l’on déjeune au soleil, avant de faire une sieste.

Informations pratiques

Office de tourisme néerlandais
www.holland.com
 
Office de tourisme de Rotterdam
www.rotterdam.info
 

L'auteur

Georges Rouzeau

Journaliste chez Michelin depuis 15 ans, je rends compte de mes voyages à travers des reportages, des photos et des vidéos. Curieux et enthousiaste, j’aime autant l’architecture baroque qu’une randonnée dans le Mercantour, une soirée à Barcelone que la visite des catacombes des Capucins de Palerme...

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Port de Rotterdam Port de Rotterdam
Port de Rotterdam
Rotterdam
1h00
Kubuswoningen (Maisons-cubes)
Kubuswoningen (Maisons-cubes)
Rotterdam
0h30
Musée Boijmans Van Beuningen Musée Boijmans Van Beuningen
Musée Boijmans Van Beuningen
Rotterdam
2h00
Kunsthal
Kunsthal
Rotterdam
1h00