Qui, en France, connaît l’île d’Ameland ? Située au nord-est des Pays-Bas, cette langue de sable, coincée entre mer du Nord et mer des Wadden, séduit par sa nature intacte et ses petits villages typiques.

L’île d’Ameland est l’une des cinq îles des Wadden situées à quelques kilomètres au large de la Frise, la province la plus septentrionale des Pays-Bas. Un archipel qui se prolonge le long des côtes allemande et danoise.

À marée basse, le bateau qui relie le continent à l’île zigzague entre les vasières et les hauts-fonds à la recherche du bon chenal. En néerlandais, wadden désigne d’ailleurs d’immenses étendues de vase et de sable découvertes à marée basse. Ce tout petit périple peut prendre parfois des allures d’odyssée tant le vent et les courants se déchaînent dans cette partie de la mer du Nord ! La traversée est alors purement et simplement annulée.

Pourtant, si l’on vient à Ameland, c’est pour profiter du calme, de la nature et d’un air vivifiant, comme le font chaque année les touristes néerlandais et allemands. Un petit aérodrome permet aux grosses fortunes d’y passer un week-end facilement. Choisissez plutôt le printemps et l’automne pour votre séjour. À Ameland, comme sur les autres îles des Wadden, on pratique surtout le vélo (100 km de pistes cyclables) ; sur l’île de Vlieland, la voiture est même interdite. Quelque 3 500 habitants à l’année se répartissent entre quatre villages – et deux religions –, Hollum, Ballum, Buren et Nes, la principale localité de l’île.

Tous classés, ces vieux villages sont riches en vieilles pierres, notamment les belles maisons de capitaines de bateaux de pêche à la baleine (les commandeurs) – la grande spécialité de l’île jusqu’à la fin du 19e s. Des ossements de cétacés servent par endroits de clôture. L’autre spécialité de l’île était le pillage des épaves qui complétait les maigres revenus de l’agriculture...

L’intérieur des terres est peuplé de forêts de conifères plantées au début du 20e s. pour lutter contre un vent qui déplace les îles, quand il ne les fait pas carrément disparaître en quelques siècles ! Malgré le vent, Ameland est réputée pour ses belles dunes (les plus hautes de l’archipel des Wadden) et ses longues plages de sable blanc.

Les îles des Wadden font aussi figure de paradis pour les oiseaux, qui raffolent des vasières et autres prés-salés, et ceux qui les admirent, touristes et ornithologues. Certains oiseaux viennent y couver, comme les mouettes, les goélands, les spatules ou les canards pilets ; à l’automne, les migrateurs, en provenance du nord de l’Europe et de la Sibérie et en route pour des régions plus chaudes, cassent la croûte sur les hauts-fonds de la mer des Wadden, riches en nutriments et coquillages. D’autres préfèrent y hiverner comme le bécasseau variable et l’huîtrier pie, très bel oiseau noir et blanc aux pattes jaunes et au long bec rouge.

Au printemps, les prairies se couvrent de fleurs et de plantes d’une grande variété, invitant le promeneur à partir à la cueillette des fruits sauvages, comme les mûres, les baies de sureau ou d’argousier, ou encore la canneberge. Côté cuisine locale, agneau de l’île du Texel (une espèce autochtone) ou faisan et chevreuil d’Ameland sont à la carte du restaurant Nobel.

Grâce à sa position exceptionnelle entre deux mers, celle du Nord et celle des Wadden, Ameland est bénie par Neptune. Les victuailles iodées se bousculent : sel gris de mer fumé de Terschelling ; plantes comme la salicorne, la saladelle ou le chou marin, cultivé à Texel ; la crevette grise, le crabe, la coque, la moule, l’huître sauvage japonaise, le couteau ; poissons frais, comme le flétan, la sole, le turbot, le cabillaud, et poissons fumés, comme le hareng ou l’anguille…

 

Informations pratiques

Office de tourisme néerlandais
www.holland.com

Office de tourisme Ameland
Bureweg 2 - Nes, 9163 KE
www.vvvameland.com

 

L'auteur

Georges Rouzeau

Journaliste chez Michelin depuis 15 ans, je rends compte de mes voyages à travers des reportages, des photos et des vidéos. Curieux et enthousiaste, j’aime autant l’architecture baroque qu’une randonnée dans le Mercantour, une soirée à Barcelone que la visite des catacombes des Capucins de Palerme...

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Maisons anciennes de capitaines
Maisons anciennes de capitaines
Nes
0h15