Aux confins de l'Italie, Trieste a toujours été une ville carrefour entre Orient et Occident grâce au rôle central de son port. Méconnue, la ville mérite pourtant le voyage. Il suffit de prendre le temps de flâner dans ses ruelles et sur ses places, bordées de palais néoclassiques, et de s’attarder dans ses nombreux cafés historiques pour succomber à son charme unique dans la péninsule.

Trieste douterait-elle de son identité ? Est-elle une ville du Nord au Sud ou une ville du Sud au Nord ? Est-elle italienne ou austro-hongroise, orientale ou occidentale ? Serbes, Slovènes, Roumains, Grecs, Juifs, Arméniens, Vaudois, Allemands et Croates y ont laissé des traces profondes.
Située au bord de l'Adriatique, face à la Slovénie, Trieste n'est pas facile à situer, ni géographiquement, ni historiquement, elle qui fut autrichienne jusqu'en 1918. Ouverte sur le port et sur une baie superbe, la plus grande place de la ville ne s'appelle pas pour rien piaza de l'Unità d'Italia comme pour mieux conjurer l'identité mouvante de Trieste.
Sur cette place, pas de palais baroques comme à Rome, mais des compagnies d'assurance à l'architecture austro-hongroise. Pour succomber au charme unique de Trieste, il faut prendre le temps de flâner dans ses ruelles et sur ses places, et s’attarder dans ses nombreux cafés historiques pour succomber à son charme unique dans la péninsule. Dans cette ville en plein renouveau (du côté des docks), vous croiserez non seulement les fantômes de très grands écrivains - James Joyce, Umberto Saba ou encore Italo Svevo - mais aussi des Triestins très fiers de leur ville...

Informations pratiques

Où déjeuner ?

Buffet da Pepi – Via della Cassa di Risparmio, 3 - t 040 36 68 58 - fermé dim. - 15/20 €.

À deux pas de la piazza Unità d’Italia, une institution centenaire qui célèbre le porc sous toutes ses formes, des saucissons au jambon.
 

L'auteur

Georges Rouzeau

Journaliste chez Michelin depuis 15 ans, je rends compte de mes voyages à travers des reportages, des photos et des vidéos. Curieux et enthousiaste, j’aime autant l’architecture baroque qu’une randonnée dans le Mercantour, une soirée à Barcelone que la visite des catacombes des Capucins de Palerme...

Voir tous les reportages de la destination