Le Verdon et ses gorges, un paysage aux dimensions mythiques. Le voyage inaugural du fondateur de la spéléologie, Alfred Martel, dans les gorges du Verdon au début du 20e s. ressemble à s'y méprendre à celui du romancier Joseph Conrad sur le fleuve Congo relaté dans « Au cœur des ténèbres » : une odyssée pleine de bruit et de fureur.

Lors de la première expédition, son embarcation se disloque dans un canyon étroit plein de blocs éboulés. Ce passage porte désormais le nom de Styx, le fleuve des Enfers. Certains siphons périlleux ne seront vaincus que dans les années 1930 ! C’est dire la dimension mythique de ce magnifique torrent qui fait pourtant un cadre très agréable pour des vacances actives.

Au cours de ce voyage d'exploration des gorges du Verdon, nous avons choisi deux camps de base, très différents par leur atmosphère : Moustiers-Sainte-Marie et Castellane. Le premier village, manière de petit Saint-Tropez de la Haute-Provence, est situé en bordure du plateau de Valensole, à la sortie des gorges du Verdon, au bord du fameux lac de Sainte-Croix. Les restaurants, les hôtels et les chambres d'hôte abondent. Le second village, plus alpin et rustique, se trouve plus haut dans la montagne à l'entrée des gorges. C'est le royaume des campings et des sports d'eaux vives.

 

Moustiers-Sainte-Marie

Moustiers-Sainte-Marie, c'est la quintessence du petit village de Haute-Provence, bâti en étages au pied d'un amphithéâtre rocheux. On succombe à son charme dès le premier coup d'œil. Au sommet, la chapelle Notre-Dame de Beauvoir – la bien-nommée –, entourée de vestiges de l’enceinte médiévale, veille sur les habitants de cette cité fondée au 5e s. par des moines venus des îles de Lérins. La chapelle occupe l'emplacement d'un temple marial construit en 470 : c'est un pèlerinage obligé pour qui veut profiter d'une vue superbe sur les toits du village. Les deux versants du canyon qui fend l'amphithéâtre rocheux sont reliés par une chaîne de 250 m à laquelle une étoile dorée est suspendue. Selon la légende, c'est le chevalier Blacas d'Aups, prisonnier lors de la septième croisade, qui fit le vœu de l'y accrocher s'il revoyait son pays.


Moustiers-Sainte-Marie, ©iStock Roberto Lo Savio/iStock

Le village est traversé par un torrent d'eau claire, l'Adou, qui alimente plusieurs jolies fontaines et coule dans les robinets des Moustiérains depuis des siècles. C'est l'eau qui attira les premiers habitants de Moustiers-Sainte-Marie à la suite des moines, et c'est encore l'eau qui fut la source de leur prospérité. Moustiers fut très tôt un haut-lieu de la poterie grâce à la présence au même endroit de l'eau, de l'argile et du bois. Le village devient ensuite l'un des plus grands centres faïenciers de France sous l'impulsion de Pierre Ier Clérissy. Coup de chance incroyable, Louis XIV met les services de faïence à l'honneur par édit royal, après avoir fait fondre toute la vaisselle d'or et d'argent du royaume. Du jour au lendemain, on s’arrache la faïence de Moustiers. Quelques artisans maintiennent vivante cette tradition mise à mal dès la fin du 19e s.

En redescendant de la chapelle, faites un tour du côté du quartier du Riou. Toujours protégé par une belle porte fortifiée, c’était le grenier agricole de Moustiers, comme l’indiquait son ancien nom de « chambrail » (chèvre en provençal). Les fumures des caprins étaient d'ailleurs utilisées pour cultiver les oliviers que l'on voit encore alentour. Entraînés par de nombreux cours d'eau, des moulins (hélas disparus) pressaient ces olives pour en tirer une huile à consommer à table et à brûler dans les lampes, mais aussi destinée à la fabrication du savon de Marseille : elle était alors descendue à dos de mule jusqu'à la cité phocéenne ! L'olive aglandau qui pousse aujourd'hui à Moustiers relève de l'AOC Haute-Provence.

 

Castellane

Quelque 70 km plus loin, Castellane occupe un site montagneux grandiose à l’entrée des gorges du Verdon et au cœur des Préalpes. Comme à Moustiers, une chapelle veille sur les habitants, mais celle-ci est juchée sur une dent rocheuse cyclopéenne qui domine la ville de ses 184 m. Vous l’honorerez au terme d’une petite randonnée effectuée sur une « calade » pavée de galets du Verdon et ponctuée d’un chemin de croix. Au sommet, vous dominez non seulement les montagnes alentour, les gorges du Verdon, Castellane, mais aussi les vestiges de Petra-Castellana, la ville primitive construite pour échapper aux pillages des Sarrasins. Notre-Dame-du-Roc (et sa statue miraculeuse) est très chère au cœur des Castellanais qui l’invoquent encore aujourd’hui en toute circonstance.

Revenu sur le plancher des vaches, vous aurez à cœur de goûter cette ville attachante. Cette ancienne cité romaine offre deux visages. Le premier, ensoleillé et provençal, éclate sur la place Marcel-Sauvaire avec son marché et ses nombreuses terrasses de cafés et de restaurants, ou encore dans sa rue du Mitan qui aligne les commerces de produits provençaux (vaisselle décorée, nappes et vêtements). Le second, secret et silencieux, est fait de ruelles désertes adossées à la roche et de monuments qui rappellent son passé : porte de l’Annonciade et de l’Horloge, église Saint-Victor dont les murs portent la trace de reconstructions successives comme autant de cicatrices.


Castellane, ©F. Guiziou/hemis.fr

 

Les gorges du Verdon en randonnée

À-pics vertigineux, points de vue sublimes, chaos fantastiques de blocs éboulés, genévriers tricentenaires, forêts de hêtres gigantesques, grottes mystérieuses : les gorges du Verdon recèlent des trésors cachés accessibles à pied seulement. Trois randonnées sont particulièrement fameuses.

La plus célèbre d’entre elles demeure le sentier Martel. Sur place, on nous l’a déconseillée en haute saison en raison de l’affluence des randonneurs. Elle n’en demeure pas moins LE classique par excellence. À vous de voir.

La seconde, le sentier de l’Imbut, ne s’adresse qu’aux sportifs et aux marcheurs les plus aguerris, insensibles au vertige. À faire en compagnie d’un guide accompagnateur.

S’il ne fallait en faire qu’un, le circuit des pêcheurs, une boucle de 3 heures, peut convenir à tous, tout au moins aux enfants de plus de 8 ans et aux seniors au pied sûr. Garez-vous sur le parking au lieu-dit la Colle de l’Olivier (sur la  952, quelques kilomètres après Moustiers en direction de La Palud) et partez à gauche (avec la route dans le dos). Cette randonnée, qui vous emmènera jusqu’au bord du Verdon, ne comporte qu’un passage délicat sur un éperon rocheux équipé d’une main courante. Juste avant la remontée finale, vous approcherez de la cascade inférieure de Saint-Maurin qui ménage une pause rafraîchissante. C’est également une balade qui peut inclure un pique-nique dans la seconde partie grâce à la présence d’une « vire », une prairie en balcon au-dessus du Verdon, jadis utilisée pour l’agriculture ou la pâture des animaux.

Par ailleurs, l’office de tourisme de Moustiers édite une brochure détaillant le parcours des randonnées pédestres dont la plupart démarrent dans le village ou à proximité. Il y en a pour tous les goûts, de 1 à 6 h de durée, de 2,5 à 18 km de longueur, de 100 à 950 m de dénivelé. La randonnée nommée le Plein Voir offre un parcours superbe, bien que raide et parfois vertigineux, ménageant une vue panoramique au-dessus du lac de Sainte-Croix et du Galetas, là où le Verdon sort de son canyon étroit pour se retrouver en pleine lumière.

Au départ de Castellane, les petites promenades (moins de 3h), mais aussi les randonnées plus sérieuses, abondent également (se procurer auprès de l’office de tourisme les fiches de randonnées découvertes éditées par le Parc naturel du Verdon). Si vous ne deviez en faire qu’une ? Choisissez les Cadières de Brandis : ces énormes tours de dolomie baptisées siège (« cadière » en provençal) dressent leur impressionnante silhouette en amont des gorges du Verdon, au-dessus du village de Chasteuil. Au sommet, au milieu d'un chaos indescriptible de blocs effondrés, la vue porte sur toutes les Préalpes et jusqu'au Mercantour.


Le sentier Blanc-Martel, ©P. Royer / Blickwinkel/age fotostock

 

Pédalo ou aqua-rando ?

Le Verdon et le lac de Sainte-Croix composent un fantastique terrain de jeu aquatique, riche en émotions fortes ou en moments de détente sous le soleil. En descendant les gorges à la nage ou en raft, vous aurez la chance de glaner des vues inouïes et uniques, inaccessibles par d’autres moyens. Là encore, la palette des activités est vaste. Schématiquement, Moustiers-Sainte-Marie, proximité avec le lac de Sainte-Croix oblige, se positionne plutôt comme un pôle de loisirs aquatiques familiaux et Castellane comme une destination plus « sportive » (Castellane possède aussi sa base de loisirs nautiques sur le lac de Castillon).

Avec son bleu si pur qu’il en blesse presque les yeux, le lac de Sainte-Croix, c’est 2 200 ha de plaisir ! Pour les enfants, sachez que les villages de Sainte-Croix-du-Verdon et Bauduen disposent chacun d’une plage, d’une base de loisirs ou d’un club nautique (voile, aviron). De nombreux prestataires louent des canoës, des kayaks, des pédalos et même des bateaux électriques.


Canoë sur le lac de Sainte-Croix, ©B. Gardel/hemis.fr

Castellane sert de point de départ à la descente d’une partie des gorges du Verdon en rafting, hydrospeed, kayak et canoë, mais aussi cano-raft (embarcation gonflable biplace à pagaie simple) ou air-boat (un kayak gonflable monoplace, manié à la pagaie double). Ces activités se pratiquent les jours de lâchers d’eau par EDF.
Lorsque le débit du Verdon est au plus bas, place à l’aqua-rando : grâce à la nage, la marche et au saut, le randonneur aquatique explore les moindres recoins des gorges.

Marcher, nager, sauter, glisser et descendre en rappel : le canyoning cumule avec bonheur toutes ces activités. La maîtrise de la technique du rappel ne prend que quelques minutes et les frissons sont garantis. Certains canyons, particulièrement sauvages, dégagent en plus une atmosphère mystérieuse et inoubliable.

 

Informations pratiques

Office du tourisme de Moustiers Sainte-Marie
Maison de Lucie, Place de l’Église, 04 360 Moustiers Sainte-Marie
www.moustiers.fr

Hébergements à Moustiers Sainte-Marie
Informations et réservations sur Michelin Voyage.

 

L'auteur

Georges Rouzeau

Journaliste chez Michelin depuis 15 ans, je rends compte de mes voyages à travers des reportages, des photos et des vidéos. Curieux et enthousiaste, j’aime autant l’architecture baroque qu’une randonnée dans le Mercantour, une soirée à Barcelone que la visite des catacombes des Capucins de Palerme...

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Gorges du Verdon Gorges du Verdon
Gorges du Verdon
Castellane
2h00
Lac de Sainte-Croix Lac de Sainte-Croix
Lac de Sainte-Croix
Les Salles-sur-Verdon
0h30
Parc naturel régional du Verdon Parc naturel régional du Verdon
Parc naturel régional du Verdon
Moustiers-Ste-Marie
5h00
Le Mercantour Le Mercantour
Le Mercantour
St-Martin-Vésubie
4h00