Au nord du Lauragais, à cheval entre Haute-Garonne et Tarn, ce terroir agricole est aussi le berceau du Canal du Midi. C’est là, dès 1664, que Pierre-Paul Riquet, son concepteur, proposa à Colbert et à Louis XIV de construire les équipements nécessaires à l’alimentation en eau de l’ouvrage. Un voyage instructif au cœur d’un projet hydraulique titanesque.

Ceux qui se rendent dans la bastide de Revel pour le célèbre marché du samedi matin, sous la halle en bois du 14e s. – l’un des 100 plus beaux marchés de France – savent-ils qu’ils mettent aussi les pieds dans le territoire qui a vu naître le Canal du Midi ? Pas sûr... Pourtant, une maison devrait les alerter. Elle trône dans un angle de la place carrée à arcades, avec sa façade en briques et ses grandes fenêtres. C’est celle que loua en 1648 Pierre-Paul Riquet, l’architecte en chef et concepteur du canal. Alors fermier général des gabelles du Languedoc, et donc collecteur de l’impôt sur le sel, le Biterrois d’origine et entrepreneur dans l’âme s’installe au cœur de sa « circonscription », avec déjà une idée en tête : faciliter le transport des marchandises entre la Méditerranée et Toulouse, en créant le Canal Royal du Languedoc (appelé ensuite Canal du Midi). Et ainsi, peut-être, s’enrichir encore plus, grâce à de nouvelles taxes.

Les halles centrales de Revel - ©Olivier LAURENT/iStock
Les halles centrales de Revel - ©Olivier LAURENT/iStock

 

Eaux de la Montagne Noire

Revel offre l’avantage d’être à deux pas de la Montagne Noire, ce massif qui ferme au sud la chaine du Massif Central. Car un obstacle de taille s’oppose à la construction du canal : son alimentation permanente en eau. Entre Toulouse et la Méditerranée se trouve un point haut incontournable, le seuil de Naurouze, situé à mi chemin entre Villefranche-de-Lauragais et Castelnaudary. A l’ouest de ce seuil, les eaux s’écoulent naturellement vers l’Atlantique. A l’est, vers la Méditerranée. Il faut pouvoir alimenter ce bief en permanence pour assurer la navigation… Heureusement, quantité de rivières ruissellent de la Montagne Noire vers le sud.

Pierre-Paul Riquet a trouvé : il va dériver les eaux de certains de ces cours d’eau pour les amener, grâce à des rigoles, vers Naurouze. Après avoir développé ses connaissances hydrauliques et mené entre 1655 et 1662 une expérimentation technique dans le parc de son château de Bonrepos, près de Toulouse, il propose en 1664 aux représentants de l’Etat de créer un réservoir d’eau à Saint-Ferréol, à deux pas de Revel. L’affaire remonte à Colbert et à Louis XIV, qui donnent leur feu vert. Le premier coup de pioche du réservoir est donné en avril 1667, sur la rivière Le Laudot.

 

A Saint-Ferréol, un barrage de 780 m de long

En grimpant à Saint-Ferréol depuis Revel, à moins de 4 km, il est difficile d’imaginer que ce plan d’eau bucolique date du 17e s. L’environnement de collines boisées, les berges herbeuses, une pinède et quelques lieux de villégiature l’ont transformé depuis longtemps en espace de détente et de baignade d’aspect quasi naturel, apprécié notamment des Toulousains. A l’ouest du lac se tient pourtant ce qui fut le premier barrage construit en France et le plus grand d’Europe, à la fin du 17e s. Achevé en 1672, et même renforcé 15 ans plus tard par Vauban, ses dimensions impressionnent : 780 m de long, 35 m de haut et 140 m d’épaisseur. A pleine jauge, le lac peut contenir jusqu’à 6,3 millions de m3 d’eau.

Le lac de Saint-Ferréol - ©yvon52/iStock
Le lac de Saint-Ferréol - ©yvon52/iStock

 

Le Réservoir, espace de découverte du canal

Pour comprendre l’immense défi technique qu’a constitué la réalisation des ouvrages d’amont et ceux du canal, un lieu est incontournable : « le Réservoir – espace découverte du canal du Midi ». Aménagé sous le barrage, dans l’ancienne maison de l’Ingénieur, ce musée interactif passionnant dit tout sur les difficultés des travaux, les expropriations de terres, le travail des ouvriers, l’organisation sociale des chantiers… Sous la bâtisse se trouve un jardin d’où jaillit naturellement une cascade, issue du trop plein du barrage. Les visiteurs ont la chance de pouvoir pénétrer sous l’ouvrage, dans la Galerie souterraine des Robinets. Un long couloir éclairé mène jusqu’à d’antiques vannes qui permettaient encore, en 1994, d’ouvrir la bonde de fond du barrage et d’alimenter les rigoles en période estivale de basses eaux.

 

Prise d’eau de l’Alzeau

Les rigoles, parlons-en. L’eau du barrage provient du Laudot mais aussi de dérivations de ruisseaux de la Montagne Noire. En aval, elles rejoignent la Grande Rigole, qui poursuit sa route au sud vers le seuil de Naurouze. Pour mieux comprendre, cap sur la prise d’Alzeau, à une vingtaine de kilomètres en amont de Saint-Ferréol. Voilà la source première du Canal du Midi ! Les eaux de cette rivière sauvage perdue en forêt ont été dérivées à cet endroit et acheminées vers l’ouest par la Rigole de la Montagne. Depuis Saissac, dans l’Aude, la D408 y grimpe. Au croisement avec la rigole, il est possible de laisser là son véhicule et de marcher, vers la droite, jusqu’à la prise d’eau. Une balade bucolique d’environ 3 km sur un chemin ombragé, au frais, le long d’une eau claire. Idéal en été !

La Rigole de la Montagne Noire - ©J.-M. Barrère/hemis.fr
La Rigole de la Montagne Noire - ©J.-M. Barrère/hemis.fr

 

Tunnel des Cammazes

Au bout du chemin se trouve la fameuse prise, symbolisée par la maison de gardien des VNF (Voies Navigables de France), gestionnaire du canal, ainsi que par une stèle commémorative en l’honneur du projet, érigée en 1837 par le duc de Caraman, descendant de Riquet. En aval, sur la commune des Cammazes (Tarn), on retrouve la Rigole de la Montagne et un dernier ouvrage de dérivation : la voûte de Vauban. Ce tunnel de 123 m de long, creusé en 1689 d’après un plan de l’architecte favori de Louis XIV, a permis de connecter la rigole au Laudot et donc au lac de Saint-Ferréol, histoire de renforcer sa capacité.

Le maintien en eau du Canal du Midi a toujours été un combat, initié dès la seconde moitié du 17e s. par un génial intendant et entrepreneur, Riquet. Ne dit-on pas que ce canal est la deuxième grande œuvre du règne de Louis XIV après Versailles ?

 

Informations pratiques

Y aller
Vols Paris/Province-Toulouse avec Air France et Hop! ou TGV. Puis location de voiture jusqu’à Revel (à 53 km, compter 1h10).

Sur place
Depuis Revel, rejoindre Saint-Ferréol puis Les Cammazes (Tarn). De là, on peut poursuivre jusqu’à la Prise d’Alzeau, à la limite de l’Aude et du Tarn, 20 km à l’est.

Hôtel
Le Pavillon du Château : Un beau 4 étoiles au cœur de la campagne de Revel. Cet hôtel de charme se trouve dans le parc du château de Garrevaques (18e s.). A partir de 95 € la nuit en basse saison. Restaurant.

En savoir plus
Office de tourisme de Sorrèze, Revel et Saint-Ferréol

 

Les sites cités dans ce reportage

Canal du Midi Canal du Midi
Canal du Midi
Toulouse
0h30
Montagne Noire Montagne Noire
Montagne Noire
Sorèze
0h30
Seuil de Naurouze Seuil de Naurouze
Seuil de Naurouze
Montferrand
0h30
Musée et jardins du Canal du Midi Musée et jardins du Canal du Midi
Musée et jardins du Canal du Midi
Revel
1h00
Château de Versailles Château de Versailles
Château de Versailles
Versailles
2h00