Louis XIV a conçu un Palais d’exception qui enlumina son époque et le fit passer à la postérité. Son nom est associé à jamais à Versailles, imposant château aux jardins interminables classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Roi qui se plaçait au-dessus du Soleil, il a également souhaité dompter les eaux. 340 ans plus tard, la magie opère toujours.

Dans la nuit noire de l’été, émergent des jets de lumière éclatants. Boum, bam, bim… Bleu, blanc, rouge… Le ciel de Versailles se pare d’éclairs aux formes variées qui se reflètent dans l’eau du Grand Canal. Le feu semble embraser le gazon du Tapis Vert et les 74 jets d’eau du parterre de Latone prennent des éclats mordorés. Le spectacle des Grandes Eaux nocturnes séduit les grands comme les petits. L’apothéose réside-t-elle dans ce feu d’artifice rythmé par les musiques de Jean-Baptiste Lully ou de Georg Friedrich Haendel ? Certes, la magie de la pyrotechnie enchante facilement. Mais ce soir, elle se confond avec celle de l’eau, omniprésente dans les bosquets cachés, entre les arbres séculaires et les entrelacs de tapis de verdure où les visiteurs déambulent avides de découvrir les 600 surprenants escaliers d’eau, voûtes liquides, balustrades, cascades, bouillons… de 35 bassins et fontaines.

La fontaine de Latone - ©VitalyEdush/iStock
La fontaine de Latone - ©VitalyEdush/iStock

Au milieu de l'espace circulaire de la Colonnade dessinée par Jules Hardouin-Mansart (1685), la statue en marbre blanc du Dieu des Enfers, Pluton, arrache Proserpine à la Terre. Lasers et fumigènes se succèdent et le relief ainsi créé donne l’illusion de vagues immenses, symboles de cet enlèvement. Sous les 32 arches de cet ensemble de colonnes en marbre alternativement blanc et rose, 32 jets d’eaux fusent.

Plus loin, c’est un océan de verdure, avec des gradins en gazon, un buffet d’eau composé d’emmarchements recouverts de pierre meulière d’Île-de-France, de coquillages et de lapis-lazuli en provenance de Madagascar, des vases et des torchères en plomb doré. Bienvenue dans « la Salle de Bal », amphithéâtre de verdure aménagé par André Le Nôtre entre 1680 et 1685 et demeuré inchangé depuis. C’est ici que Louis XIV dansait tandis que les musiciens prenaient place au-dessus de la cascade.

 

Flash-back

Louis XIV et son imagination débordante. Louis XIV et ses créations si extraordinaires qu’elle perdurent de nos jours. Il n’a que 23 ans, lorsqu’il décide en 1661 de transformer le relais de chasse de son père en château. D’une plaine marécageuse, il veut faire éclore un Palais envié du monde entier. Académiciens, mathématiciens, astronomes, géologues, hydrologues… : l’Europe de la connaissance scientifique et de l’ingénierie se met au service du jeune roi.
Tandis que de spectaculaires bâtiments sortent de terre, il imagine déjà les jardins qui encadreront son château. Comme à Saint-Germain-en-Laye, André Le Nôtre est chargé de dessiner bosquets et terrasses. Aux manettes de la conception des bassins, jets d’eaux, cascades, les frères Francine, fontainiers d’origine florentine dont le père a été naturalisé français par Henri IV suite à la conception d’automates aquatiques installés dans les grottes sculptées du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye.
Le 27 avril 1666, quelques jets d’eaux sont lancés, préfigurant les Grandes Eaux actuelles.

Bassin de la France triomphante dans le Bosquet de l’arc de Triomphe - ©Vladislav Zolotov/iStock
Bassin de la France triomphante dans le Bosquet de l’arc de Triomphe - ©Vladislav Zolotov/iStock

 

D’époque

Ce sont des clés lyre qui actionnent alors les vannes d’arrivée de l’eau. Les mêmes qu’aujourd’hui. Et si l’eau ne provient plus de la Seine via la fameuse Machine de Marly, elle emprunte toujours les mêmes 34 kilomètres de tuyaux en fonte marqués de la fleur de lys du gigantesque réseau hydraulique souterrain (46 km à l’époque pour 2 000 jets). Sous le parterre d'Eau qui fait face à l’arrière du château, Thomas Francine fit construire en 1673 trois réservoirs souterrains à voûte en pierre de taille de 66 mètres de long sur 22 de large qui accumulent chacun 2 200m3 d’une eau translucide où se reflètent les arches de ces superbes caves.

Réservoir d'eau souterrain alimentant les fontaines du parc - ©Martine Carret
Réservoir d'eau souterrain alimentant les fontaines du parc - ©Martine Carret/Michelin

L’émerveillement dans ce dédale souterrain est permanent. Les boulons trapézoïdaux sont en place depuis 340 ans. Parfois il y a des fuites :

« Garants d’un patrimoine historique, nous n’employons aucun outil moderne pour réparer. Comme autrefois, il y a une transmission du savoir du métier. Chaque fontainier d’art fabrique lui-même ses propres outils, les soudures sont effectuées à la louche côtelée, l’étanchéité des murs est reprise avec de la glaise, comme au 17e siècle »,

témoigne Jean-Pierre Bianchin, chef de service adjoint du service des Eaux et Fontaines du château.

L’eau est entreposée dans des bassins en hauteur. Elle jaillit par gravité et le trop-plein se déverse dans d’autres bassins :

« Latone alimente ainsi six autres fontaines. La pression n’étant que d’un bar dans ces tuyaux de 30 cm de large, c’est le diamètre (5 mm-4cm) et la forme des ajutages, partie finale du jet, qui permettent les effets d’eau : pluie, éventail, flots, bouillons... ».

Une science orchestrée dans les années 1670 par le physicien Académicien l’abbé Edme Mariotte.

Depuis 350 ans, l’alimentation des bassins est toujours le problème de Versailles. Le manque de pluie dû au dérèglement climatique est flagrant. Alors en cas de sécheresse, Jean-Pierre Bianchin diminue subrepticement la hauteur des jets d’eaux. Un subterfuge qui ressemble assez à celui des fontainiers du Roi-Soleil, qui n’ouvraient les vannes qu’uniquement lors des passages du monarque et de la Cour.

 

L'auteur

Martine Carret

Grand reporter depuis plus de 20 ans, je suis une infatigable globe-trotteuse. J'aime découvrir la Terre sous tous ses angles : paysages et peuples du monde, océans et faune aquatique. Partager mes découvertes de ces univers est le moteur d'un enthousiasme jamais démenti.

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Grand Canal Grand Canal
Grand Canal
Versailles
1h30
Château de Versailles Château de Versailles
Château de Versailles
Versailles
2h00
Parc du château de Versailles Parc du château de Versailles
Parc du château de Versailles
Versailles
2h00