Contrairement à d’autres grandes capitales, où le fleuve coule à l’écart du centre moderne, Paris a toujours réservé un rôle central à la Seine, et d’ailleurs l’île de la Cité constitue encore aujourd’hui un centre géographique et institutionnel. Ce n’est donc pas un hasard si Paris compte un si grand nombre de ponts (37 depuis 2006), témoins de la centralité du fleuve.

Des premiers ponts bien fragiles

On dit souvent que Paris est né de son fleuve, mais c’est surtout la présence de ses îles qui en firent un site privilégié : l’île de la Cité permettait de franchir plus facilement le fleuve, en l’utilisant comme point d’appui pour la construction de ponts assez courts. Le Petit Pont (sur le petit bras de la Seine) et le Grand Pont (sur son grand bras), s’ils ont longtemps gardé leur nom et leur emplacement, ont pourtant dû être reconstruits à maintes reprises, comme du reste bien d’autres ponts postérieurs : malgré les prières à sainte Geneviève, les crues en emportèrent plus d’un, de même que les incendies, le bois étant le matériau privilégié des premiers ponts. Sans oublier les accidents dus à l’intense navigation sur la Seine : avant le chemin de fer, le commerce fluvial était bien plus important qu’aujourd’hui, et les bateliers parisiens constituèrent les corporations les plus prospères dans l’Antiquité comme au Moyen Âge.

 

Une évolution structurelle et esthétique

Tous reliés à la Cité, les ponts médiévaux étaient couverts de maisons, de boutiques, parfois fortifiés à leur extrémité (le châtelet du Pont au Change a été détruit, mais la place éponyme lui a survécu...) et payants (on payait un double denier pour franchir... le Pont au Double). Ils pouvaient servir de support à des moulins, puis, plus tard, à des pompes, comme celle de la Samaritaine au Pont Neuf.

C’est ce dernier qui marque un véritable tournant : premier pont sans maisons, il dégageait ainsi la vue sur la Seine et annonçait le nouvel urbanisme parisien voulu par Henri IV, plus ordonné, plus ouvert, plus majestueux... En plus d’être un des premiers ponts en pierre, le Pont Neuf est également novateur par ses mascarons témoignant d’un souci décoratif.

Plus tard, si la pierre est restée le matériau noble par excellence jusqu’à la Révolution (le Pont de la Concorde fut d’ailleurs construit avec des pierres provenant de la Bastille), elle laissera sa place au métal à l’orée du 19e siècle.

Quant à la décoration, l’âge d’or des ponts parisiens correspond à la Belle Époque, lorsque Paris organisait régulièrement des expositions universelles, qui consacraient les nouveautés techniques mais aussi la création artistique. Ce n’est pas un hasard si les plus beaux ponts parisiens (du pont Alexandre III au pont Mirabeau) sont proches du Champ de Mars, cœur de ces grandes expos internationales.

 

Les nouveaux défis du 20e siècle

L’agrandissement de Paris en 1860, puis le réseau ferré (petite ceinture et métropolitain) vont engendrer de nouveaux ponts, dont certains uniquement ferroviaires. Le béton armé, nouveau matériau incontournable de l’architecture du 20e siècle, restera pourtant rare dans les ponts, auxquels on veut conserver un aspect esthétique. Lorsqu’il est utilisé dans la reconstruction du Pont de la Tournelle en 1927, la structure est occultée par des pierres de taille en surface : il ne s’agirait pas de déparer l’harmonie visuelle avec Notre-Dame !

Après la guerre, une nouvelle génération de ponts apparaît, comme les ponts du périphérique (simplement dénommés « Pont Amont » et « Pont Aval »), ou les reconstructions modernes de ponts anciens afin de les adapter à la circulation automobile. Puis, avec l’inscription à l’Unesco des berges de Seine (1991), les « circulations douces » prennent plus de place, accompagnées par la construction de ponts piétons (passerelles) : la passerelle des Arts est reconstruite en 1984, la passerelle Léopold Sédar Senghor (ex-Solférino) relie les Tuileries au Musée d’Orsay en 1999, et, dernière en date, l’audacieuse passerelle Simone de Beauvoir crée un trait d’union entre Bercy et la BNF, quartiers phares du nouvel urbanisme de l’Est parisien.

 

Paris a toujours réservé un rôle central à la Seine

L'auteur

Frédéric Moussaïan

Voir tous les articles

Les sites cités dans ce reportage

Île de la Cité  Île de la Cité
Île de la Cité
C'est autour de l'île de la Cité que...
2h00
Le Petit-Pont
Le Petit-Pont
Le Petit-Pont relie l'île de la Cité...
0h15
Pont au Change  Pont au Change
Pont au Change
Initialement bâti en bois au 9 e s.,...
0h15
Pont-Neuf  Pont-Neuf
Pont-Neuf
Contrairement à ce que son nom...
0h30
Pont de la Concorde
Pont de la Concorde
Construit de 1787 à 1791 par l...
0h15
Pont Alexandre-III  Pont Alexandre-III
Pont Alexandre-III
Depuis le 7 octobre 1896, date de la...
1h00
Pont de la Tournelle
Pont de la Tournelle
C'est ici que s'offre l'une des plus...
0h15
Passerelle du Pont-des-Arts  Passerelle du Pont-des-Arts
Passerelle du Pont-des-Arts
C'est le premier pont en fonte...
0h30