Le monde entier est ému face au martyre de Notre-Dame de Paris. L’incendie qui a ravagé la cathédrale en quelques heures le 15 avril a mis en lumière la vulnérabilité de ce joyau de l’art gothique, haut lieu de l’Histoire de France et symbole emblématique de Paris.

« Toute la France est dans les cathédrales »,

disait Rodin. LA cathédrale, c’est un peu l’âme de notre pays, si habilement représentée par les mains qui se dressent et se joignent, comme des voûtes gothiques par le génial sculpteur. Cette semaine, une grande partie du monde entier est émue face au martyre de Notre-Dame de Paris, la mère de nos plus de 40 000 églises françaises.

Au-delà des symboles, le bâtiment en impose : 130 mètres de long, 48 m de large, 35 m de haut. La flèche reconstruite par le sauveur de la cathédrale au 19e s, Eugène Viollet-le-Duc, culminait à 93 mètres au-dessus du sol. Elle pouvait contenir 9 000 personnes, dont 1 500 dans les tribunes ! Construite à partir de 1163, elle est la grande réalisation d’un homme d’origine modeste, le chanoine Maurice de Sully, fils d’une pauvre bucheronne, devenu ensuite évêque de Paris.

Cathédrale historique, de nombreux évènements s’y déroulèrent, depuis l’accueil de la couronne d’épine par Saint-Louis en 1239, aux funérailles nationales des Présidents De Gaulle, Pompidou et Mitterrand, en passant par le sacre de Napoléon 1er en 1804. Notre-Dame, qui avait échappé de peu aux destructions de la Commune et de la Libération de la capitale, reste encore aujourd’hui le témoin des grandes heures, joyeuses ou tristes, de l’Histoire de Paris.

Bien peu d’églises atteignent la perfection de Notre-Dame, le merveilleux équilibre de ses proportions, l’harmonie de sa façade et de ses deux tours, sa nef grandiose, sans oublier les rosaces immenses, dentelles de pierre du 13e s aux vitraux colorés.

L’incendie improbable qui pourtant l’a ravagé en quelques heures de cette soirée du 15 avril a mis en lumière sa vulnérabilité. Cette flèche qui s’effondre après avoir été transformée en torche géante par le brasier, qui crève les voûtes d’ogives âgées de 850 ans… Comment ne pas pleurer face à un tel désastre ?

Et pourtant, que l’espoir parvienne à vaincre la tristesse ! Après Reims en 1914, Rouen en 1945, Nantes en 1972, la cathédrale de Paris, haut lieu de l’Histoire de notre pays renaîtra de ses cendres. Alors oui, il faudra beaucoup d’énergie et de moyens pour ce faire ; collectivités, grandes entreprises (dont Michelin), fortunes françaises ou simples anonymes se sont déjà mobilisés en donnant à la mesure de leurs moyens afn de reprendre la structure fragilisée de l’édifice, remonter les voûtes tombées, refaire une charpente (ininflammable si possible), la flèche (dont les statues avaient fort heureusement été déposées quelques jours avant le désastre !), restaurer les œuvres d’art endommagées par la fumée ou l’eau… mais la cathédrale vivra, encore plus resplendissante souhaitons-le, car c’est le plus bel édifice religieux de la capitale, un des sommets de l’art français, chef d’œuvre d’humanité et de l’humanité.

« Notre-Dame de Paris n’est pas seulement un édifice, c’est une personne » (Paul Claudel).

 

Informations pratiques

Collectes officielles : Faire un don pour recontruire Notre-Dame

 

L'auteur

Philippe Orain

Etre rédacteur en chef du Guide Vert Michelin c’est avant tout conforter sa nature de voyageur ! Passionné par l’Italie, mon second pays, les USA et les belles routes de France, je suis toujours en quête de bonnes adresses et aime faire partager mes coups de coeur.

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Cathédrale Notre-Dame Cathédrale Notre-Dame
Cathédrale Notre-Dame
Paris
1h00
Cathédrale Notre-Dame de Reims Cathédrale Notre-Dame de Reims
Cathédrale Notre-Dame de Reims
Reims
1h00
Cathédrale Notre-Dame de Rouen Cathédrale Notre-Dame de Rouen
Cathédrale Notre-Dame de Rouen
Rouen
1h00
Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul
Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul
Nantes
0h30