La dame de fer se refait une beauté… Le vaste chantier de trois ans débutera cet automne, nécessitant pas moins de soixante tonnes de peinture. Interrogés dans le cadre d’un sondage, les Parisiens ont tranché : elle sera verte.

La dame de fer se met au vert. Sa nouvelle robe a été choisie par les Parisiens, à l’issue d’un sondage mené fin 2017 par téléphone.

« Nous avions proposé plusieurs couleurs. Le vert a été plébiscité : il avait eu beaucoup de succès lorsqu’il avait été choisi pour l’éclairage de la tour Eiffel en décembre 2015, lors du sommet de la COP21 »,

commente-t-on à la mairie de Paris.

Le symbole de la capitale a déjà étrenné différentes parures : pas moins de dix-neuf couches de peintures se sont superposées sur ses poutrelles métalliques depuis 129 ans.
A l’origine, en 1889, Gustave Eiffel l’avait peinte en rouge, alors la teinte la plus efficace pour lutter contre la rouille. Difficile à imaginer sur les photos en noir et blanc… En 1892, le monument devint ocre, puis jaune en 1899, jaune-brun de 1907 à 1954, rouge-brun jusqu’en 1968 puis « brun tour Eiffel », semblable au bronze. Détail haute-couture : la teinte est plus foncée à la base et plus claire au sommet, afin de lui donner un aspect élancé dans le ciel de Paris !

 

La même teinte que le Guide Vert Michelin

La peinture ne sert pas seulement à donner un coup de neuf, elle est le gage de sa pérennité, telle une carapace protégeant sa structure en fer puddlé de l’oxydation. Si le monument est repeint tous les sept ans, ce sera sans doute le plus important lifting de son histoire. En effet, il doit être décapé de 10% de sa surface car, en plusieurs endroits, la peinture craquelle. Et repeindre dessus ne servirait à rien… Une opération qui s’annonce compliquée par la présence de plomb dans les couches les plus anciennes, utilisé jusque dans les années 1950.

L’édifice pèse 10 000 tonnes. Programmé d’octobre 2018 à fin 2021 et d’un coût de 40 millions d’euros, le chantier nécessitera soixante tonnes de peinture, appliquée à la brosse par les artisans. De grandes bâches protégeront les touristes, nombreux, sachant que la Tour Eiffel est le monument payant le plus visité au monde, avec plus de 6 millions d’entrées, un chiffre en augmentation de près de 6% en 2017.

Au sol, parallèlement au réaménagement des jardins, un mur de verre anti-balles doit être achevé pour ce 14 juillet. Il fera un bel écrin pour la tour qui arborera le même ton printanier qu’un autre monument national, la couverture du Guide Vert… Une couleur décidément de saison : il s’agit d’un poisson d’avril !
Toutes les informations sont exactes, en dehors de la couleur. En réalité, une réflexion est en cours pour savoir si un léger changement de nuance peut être proposé. Comme pour un tableau, les architectes des monuments historiques, en concertation avec le ministère de la Culture et la ville de Paris, vont analyser les différentes couches posées depuis plus d’un siècle. Puis choisir la nouvelle tenue de la Dame de fer, élégante et tirée à quatre épingles…

 

La dame de fer se met au vert

L'auteur

Mathilde Giard

Journaliste, je me suis spécialisée dans le voyage après avoir vécu en Afrique du Sud et en Allemagne. J’aime sillonner la planète, à la rencontre de ses habitants, avec autant de plaisir à découvrir un coin perdu à la porte de chez moi qu’à explorer une mégalopole au bout du monde. Toujours curieuse…

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Tour Eiffel Tour Eiffel
Tour Eiffel
Paris