Avec ses hôtels particuliers et maisons à pans de bois, ses églises, musées et bons restaurants, Dijon, la capitale des ducs de Bourgogne, sait parler à l’esprit comme au corps…

Si l’on juge une ville au prisme de ses grands hommes, alors Dijon est une grande ville, sans aucun doute ! Prenons par exemple Philippe le Hardi, le premier duc de Bourgogne. Au 14e s., cet homme politique habile crée un véritable État bourguignon, rivalisant en puissance avec le royaume de France. Cet amateur d'art, doublé d’un mécène fastueux, fait reconstruire le palais de Dijon où il convie peintres et sculpteurs de son domaine qui s’étend jusqu’au Flandres. Son digne descendant, Philippe le Bon, lui aussi grand amateur d’art, a soutenu le pinceau de Jan Van Eyck, de Rogier Van der Weyden ou de Hans Memling.


Palais des Ducs et des États de Bourgogne, ©AnkNet/iStock

Dijon est aussi la ville de Bossuet (l’un des plus grands prosateurs de la langue française), du compositeur Rameau, du président de Brosses (l’auteur des délicieuses Lettres d’Italie), du romancier libertin Andréa de Nerciat, du poète et auteur dramatique Alexis Piron (célèbre pour ses réparties féroces, notamment contre Voltaire et les Beaunois). Citons encore le poète Aloysius Bertrand, auteur du recueil Gaspard de la nuit (Baudelaire voyait en lui le père du poème en prose qui inspira son propre Spleen de Paris) ; si l’humeur vous venait de lui rendre hommage, son buste se trouve dans le jardin de l’Arquebuse.

Bref, Dijon est une ville où l’esprit a soufflé, celui de la spiritualité la plus haute (le nombre d’églises l’atteste) comme celui des lettres et des arts. Que reste-t-il de tout cela aujourd’hui ? Un inextinguible charme urbain ! Dijon est un bonheur pour les amateurs d’architecture : églises à foison, superbes hôtels particuliers, maisons médiévales à pans de bois. Vous serez ravis de rencontrer également des antiquaires, des bouquinistes, des boutiques d’encadrement, des échoppes d’art graphique et… plusieurs bons restaurants.

 

Place de la Libération

Placez-vous au centre de la place de la Libération, ex-place royale, qui abritait une statue de Louis XIV détruite à la Révolution. Cet hémicycle d’arcades, occupées par des boutiques et couronnées par une balustrade de pierre, est d’une rigueur toute classique. On aura reconnu l’œuvre de l’architecte de Versailles, Jules Hardouin-Mansart. Jean-Michel Wilmotte a réhabilité cette place en 2006 en la débarrassant notamment de ses voitures.

Vous êtes donc face au palais des Ducs et des États de Bourgogne, qui abrite l’hôtel de ville et le musée des Beaux-Arts, dont la belle pierre bourguignonne s’illumine sous le soleil. Ce sera l’un des temps forts de votre séjour à Dijon. Le musée, l’un des plus intéressants de France, regorge de chefs-d’œuvre à consommer sans modération. Pour une visite express, filez directement dans la salle des Gardes qui abrite les tombeaux de Philippe le Hardi et celui de Jean sans Peur et de sa femme Marguerite de Bavière, tous les deux construits sur le même modèle : les gisants reposent sur une dalle de marbre noir portée par des arcatures d’albâtre, sous lesquelles une assemblée de « pleurants » fait cortège funèbre. Le réalisme des figurines est saisissant. Une bien jolie manière d’entrer dans la mort.


Musée des Beaux-Arts de Dijon, ©Ph. Orain/Michelin

Il y a bien d’autres merveilles ou curiosités à glaner entre les murs de ce musée : la Nativité du maître de Flemalle Robert Campin, plusieurs primitifs suisses et allemands (la plus importante collection de France). Le sculpteur dijonnais François Rude est représenté par un moulage en plâtre de son œuvre la plus célèbre, le Départ des volontaires de 1792, le haut-relief de l’Arc de Triomphe de Paris.

 

Le quartier des gens de robe

Derrière la place de la Libération s’étend l’ancien quartier des gens de robe, le droit étant une spécialité aussi dijonnaise que la moutarde... L’ancien palais de justice (actuelle cour d’appel) à la superbe façade Renaissance et à la porte ciselée mériterait bien une petite restauration.

Tout autour, les hôtels particuliers donnent une idée du statut de Dijon aux 17e et 18e s. L’Hôtel Legouz de Gerland, l’Hôtel Fyot-de-Mimeure ou encore l’Hôtel de Bretagne déroulent leur pilastres, leurs frontons, leurs échauguettes et leurs belles cours en hémicycle. Hélas, les écuries et les chevaux ont cédé la place aux automobiles et les boudoirs aux copropriétés !

Visitez dans le même quartier le musée Magnin : cet hôtel du 17e s. est un bijou caché, un véritable cabinet d’amateur, chaleureux et intime, loin de l’ambiance aseptisée des musées modernes. Maurice Magnin et sa sœur y ont rassemblé des œuvres d’artistes méconnus, petits maîtres italiens et flamands, mais aussi de peintres français de la fin du 16e s. au 19e s. au milieu d’un mobilier 18e ou Empire.

Du côté de la place François-Rude, la rue des Forges, très fréquentée, aligne aussi plusieurs hôtels particuliers remarquables comme l’Hôtel Morel-Sauvegrain et sa façade du 15e s., la Maison Milsand à la façade Renaissance richement décorée, ou encore l’Hôtel Chambellan dont la cour intérieure s’orne d’un bel escalier à révolution : sa colonne centrale se termine par une voûte flamboyante en palmier, sortie du panier d’un jardinier…

 

La ville aux cent clochers

Dijon conserve également un important patrimoine religieux, même s’il n’y a plus cent églises comme du temps de François 1er – certaines accueillent aujourd’hui un musée ou une chambre de commerce.

Un peu éloignée du centre-ville (à cinq minutes à peine !), la cathédrale Saint-Bénigne vaut surtout pour les vestiges de sa rotonde romane redécouverte en 1843. Sa configuration hautement symbolique évoque irrésistiblement celle du tombeau du Christ à Jérusalem. Dans l’ancienne aile orientale du cloître se tient un musée archéologique intéressant, mais à réserver peut-être aux passionnés seulement… Dans les superbes salles romanes du 11e s., vous pourrez notamment admirer des ex-voto en bois, très rares, qui témoignent des croyances populaires de l’époque gallo-romaine en Bourgogne, mais aussi des dalles funéraires et des statues païennes en l’honneur de la déesse de la Seine.


Cathédrale Saint-Bénigne, ©Georges Rouzeau/Michelin

L’église Notre-Dame, bel exemple d’architecture gothique en Bourgogne, occupe, elle, un emplacement parfaitement central au milieu d’un très joli quartier, élu par les antiquaires. Elle est surtout réputée pour la chouette, sculptée sur un contrefort de l’une de ses chapelles, qui exauce les vœux des passants : il faut la caresser de la main gauche et repartir du bon côté, sans « croiser » le dragon sculpté un peu plus loin qui, lui, détient le pouvoir redoutable d’annuler votre vœu ! Tout aussi célèbre, la maison à pans de bois située au n°10 a conservé un volume intérieur inchangé depuis le Moyen Âge, au dire de notre guide. Vous aurez sans doute remarqué la toiture en tuiles vernissées de l’un des premiers hôtels parlementaires dijonnais, l’Hôtel de Vogüé. Passez le porche et retournez-vous pour admirer sa décoration Renaissance.

Face à l’église, la rue de la Musette héberge un marché de bouquinistes. Elle mène également à de belles halles métalliques, inspirées de celles de Paris, qui abritent un marché haut en couleurs et très animé. Tout autour, les bons restaurants se succèdent.

 

Informations pratiques

Office de tourisme de Dijon
11, rue des Forges, 21000 Dijon
www.destinationdijon.com

Musée Magnin
www.musee-magnin.fr

CDT de la Côte d’Or
www.cotedor-tourisme.com

 

L'auteur

Georges Rouzeau

Journaliste chez Michelin depuis 15 ans, je rends compte de mes voyages à travers des reportages, des photos et des vidéos. Curieux et enthousiaste, j’aime autant l’architecture baroque qu’une randonnée dans le Mercantour, une soirée à Barcelone que la visite des catacombes des Capucins de Palerme...

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Palais des ducs et des États de Bourgogne Palais des ducs et des États de Bourgogne
Palais des ducs et des États de Bourgogne
Dijon
0h30
Jardin botanique de Dijon
Jardin botanique de Dijon
Dijon
1h00
Place de la Libération Place de la Libération
Place de la Libération
Dijon
0h15
Musée des Beaux-Arts de Dijon Musée des Beaux-Arts de Dijon
Musée des Beaux-Arts de Dijon
Dijon
3h00
Arc de Triomphe Arc de Triomphe
Arc de Triomphe
Paris
Palais de Justice de Dijon Palais de Justice de Dijon
Palais de Justice de Dijon
Dijon
0h15
Hôtel Legouz-de-Gerland
Hôtel Legouz-de-Gerland
Dijon
0h15
Hôtel Fyot-de-Mimeure
Hôtel Fyot-de-Mimeure
Dijon
0h15
Musée Magnin Musée Magnin
Musée Magnin
Dijon
1h30
Place François-Rude (ou du Bareuzai) Place François-Rude (ou du Bareuzai)
Place François-Rude (ou du Bareuzai)
Dijon
0h15
Rue des Forges Rue des Forges
Rue des Forges
Dijon
0h15
Cathédrale St-Bénigne Cathédrale St-Bénigne
Cathédrale St-Bénigne
Dijon
0h30
Musée archéologique de Dijon Musée archéologique de Dijon
Musée archéologique de Dijon
Dijon
1h30
Église Notre-Dame à Dijon Église Notre-Dame à Dijon
Église Notre-Dame à Dijon
Dijon
0h15
Rue de la Chouette Rue de la Chouette
Rue de la Chouette
Dijon
0h15
Hôtel de Vogüé Hôtel de Vogüé
Hôtel de Vogüé
Dijon
0h30