Temple des nuits berlinoises, le Berghain est un lieu incontournable pour les amateurs de musique électronique de passage dans la capitale allemande. Mais de nombreux autres clubs valent aussi le détour.

Chaque samedi à 23h59 précises, c'est le coup d'envoi de la fameuse « Klubnacht » du Berghain, une « nuit » de clubbing qui s'étire jusqu'au lundi matin. Une interminable queue (devoir patienter plusieurs heures n'est pas rare) se forme alors le long du chemin de terre battue qui mène au club, niché dans une zone commerciale désertée à cette heure. Cette imposante bâtisse date du temps où cette partie de la capitale allemande s'appelait Berlin-Est : elle abritait alors une centrale électrique qui alimentait le quartier de Friedrichshain.

La « porte » du Berghain est connue depuis les débuts du club en 2004 pour être la plus dure de la ville. Une réputation à laquelle ne faillissent pas ses videurs, et notamment son énigmatique portier vedette, Sven Marquardt, dont le visage tatoué d'épines et de fils barbelés est devenu l'emblème du club. D'un regard, il choisit dans la foule les rares élus qui auront le droit de pénétrer dans le temple de la techno, qui abrite non pas un mais deux clubs : le Berghain et le Panorama Bar.

La beauté stupéfiante des lieux, une immense nef de béton plongée dans l'obscurité qui donne au club des airs de cathédrale, a largement contribué au mythe qu'est aujourd'hui le Berghain. Tout comme sa programmation musicale exigeante, sa faune de clubbers hédonistes aux tenues extravagantes, avec une préférence notable pour le cuir, les chaînes et la chair nue, et l'ambiance à la fois électrique et lascive qui règne sur ses dancefloors et dans son labyrinthe de recoins sombres.

Mais Berlin abrite une foule de clubs qui valent aussi le détour, à l'instar du Tresor, un des clubs légendaires de la vague techno qui a déferlé sur Berlin dans les années 1990, qui doit son nom au fait qu'il a à l'origine ouvert ses portes dans la salle des coffres d'un grand magasin à l'abandon.

Autres clubs emblématiques de la vie nocturne berlinoise, à la clientèle plus chic : le House of Weekend, perché sur une tour de bureaux à deux pas de la fameuse Tour de télévision, et le Watergate, dont les grandes baies vitrées sont situées au ras de la Spree, la rivière qui traverse Berlin. Non loin de là se trouve le White Trash Fast Food, un lieu inclassable qui est à la fois un restaurant où l'on peut déguster de copieux burgers, une salle de concerts à l'esprit plutôt rockabilly et un club.

De l'autre côté de la Spree, dans le quartier de Friedrichshain, la Revaler Strasse attire chaque week-end de nombreux clubbers. Une ancienne zone industrielle baptisée RAW Gelände a été transformée en une sorte de village de clubs. On y trouve par exemple le Cassiopeia, le Badehaus Szimpla et le Suicide Circus.

Dans le quartier de Kreuzberg, on peut citer le Ritter Butzke, un club à la déco vintage qui a élu domicile dans une grande fabrique en briques rouges typique de l'architecture berlinoise, qui accueille également souvent des concerts et qui est doté d'une cour intérieure à la belle saison.

 

Pour en savoir plus : Le guide Berlin en un coup d'œil

 

L'auteur

Annabelle Georgen

Tombée sous le charme de Berlin à la fin de mes études, je suis aujourd'hui correspondante en Allemagne pour la presse française. Quand je n'explore pas l'effervescente vie culturelle berlinoise, j'aime arpenter le monde et ne manque jamais de ramener quelques reportages dans mes valises.

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Kreuzberg Kreuzberg
Kreuzberg
Berlin
1h30
Mitte Mitte
Mitte
Berlin
2h00
Landwehrkanal Landwehrkanal
Landwehrkanal
Berlin
0h30