Sa mythique Full Moon Party, qui a lieu chaque mois à l’occasion de la pleine lune, en a fait l’une des îles les plus célèbres de Thaïlande. Le reste du temps, l’exotique Koh Phangan coule des jours tranquilles, accueillant les touristes dans ses villages de pêcheurs, au milieu de paysages d’enchantement.

Le « sabaï sabaï » thaïlandais, c’est un peu le « take it easy » des Anglo-Saxons. En d’autres termes, relax ! Voilà une formule abondamment utilisée dans cette île du golfe de Thaïlande. Une façon d’inciter le touriste, avec bonne humeur, à lever le pied et à s’acclimater en douceur à l’atmosphère locale. Si certains endroits sont assiégés par les adeptes de la célébrissime Full Moon Party, cet éden possède aussi les charmes et la sérénité d’un havre exotique.

 

Le joyau préféré de la couronne

On s’en doute, ce n’est pas pour la musique électro que Koh Phangan devint à la fin du 19e siècle l’île favorite du roi de Thaïlande Rama V. Non, ce que l’ancien monarque appréciait sur ce petit bout de terre enchanté était probablement le charme de ses villages de pêcheurs, ainsi que la splendeur de ses plages de sable blanc. Il n’y aborda pas moins de quatorze fois durant son règne ! Mais par-dessus tout, Rama V aimait partir à la découverte de la jungle et se ressourcer aux chutes d’eau de Than Sadet. En gravant ses initiales dans les rochers, ce souverain a marqué pour toujours ces lieux paradisiaques, où il demeure très aimé : son portrait est présent dans chacune des maisons de l’île.

 

L’autre roi de l’île, le scooter

On l’appelle « motorbike » et on le loue à peu près partout sur l’île pour trois fois rien : le scooter est ici, comme souvent en Asie, le moyen de transport privilégié. Depuis peu, le port du casque est obligatoire, mais pour le conducteur seulement. Pourtant, les vieilles habitudes persistent et la nouvelle loi est encore peu respectée… Il en coûtera 200 bahts (environ 5 euros) au pilote indiscipliné, qui sera en revanche autorisé, une fois l’amende réglée, à rouler sans casque pour le restant de la journée…

En deux-roues, l’île est à vous ! Mais n’oubliez pas l’adage : « Sabaï sabaï ». En effet, l’entretien des routes laisse parfois à désirer. Les chemins de terre, quant à eux, peuvent être plus que hasardeux après la pluie. Sur Koh Phangan, les accidents ne sont pas rares, et vous apercevrez, à un moment ou à un autre, de fragiles silhouettes, le bras en écharpe. Mais en règle générale, le voyage est un vrai bonheur. La « conduite à la thaïlandaise » se fait ici plus douce, comme en témoigne le gentil désordre du trafic à Thong Sala, le port principal au sud-ouest de l’île.

Thong Sala, justement : on aurait peut-être tort de ne faire qu’y passer. Il s’y tient tous les soirs un agréable marché, exhalant le fumet délicat des produits locaux. Et avec ses fils électriques en bataille le long des trottoirs, ce village portuaire reflète assez bien la nature des habitants du royaume : un flegme imperturbable dans une apparente confusion.

 

Cap vers le nord

Le sud, nous l’avons dit, c’est Thong Sala à l’ouest, et Haad Rin et son flot de jeunes (et moins jeunes) branchés à l’est. Au centre de l’île se déploie le parc de Than Sadet, et sa jungle. Au-delà, au nord-est, ce sont les plus jolies plages de l’île, qui s’étalent dans des paysages de cartes postales. Il se chuchote que sur certaines d’entre elles, qu’on atteint seulement par le bateau, ont lieu d’autres fêtes, plus confidentielles que la Full Moon Party.

Au nord-ouest de l’île, c’est le village de Chaloklum : avec sa poignée de bungalows aux pieds dans l’eau, voilà le genre d’endroit où l’on vous fait signe de la main à chaque coin de rue pour vous dire bonjour. Ambiance familiale garantie : c’est notamment ici que d’anciens noctambules d’Haad Rin, devenus parents mais toujours amoureux de l’île, viennent passer leurs vacances en famille. Le petit port, où l’on pêche le calamar, est également un beau point de chute pour les amateurs de plongée. Le site de Sail Rock a ainsi très bonne réputation chez les amateurs – même si la palme du meilleur spot revient à l’île voisine de Koh Tao.

Question gastronomie, Koh Phangan est réputée pour son curry décliné en mille et une versions. Sur cette île de pêcheurs, les currys les plus appréciés sont, bien évidemment, ceux aux poissons et aux fruits de mer. Quant à la quantité d’épices dans la cuisine thaïlandaise, un dernier conseil : « Sabaï sabaï