Morceaux de roche volcanique au large de la préfecture de Shimane, l’archipel comprend la grande île circulaire de Dogo, et la caldeira des Dozen composée de trois petites îles éloignées d’une dizaine de kilomètres. Même des Japonais, cette destination demeure assez méconnue et d’autant mieux préservée. Le nombre restreint d’infrastructures hôtelières oblige à une réservation préalable. Les Oki se méritent !

Un écosytème et une biodiversité rares

Les îles renferment une flore et une faune bien spécifiques qui leur valent d’être intégrées au réseau mondial des Géoparcs de l’Unesco.
Durant la dernière ère glaciaire, les plantes et les animaux ont migré du continent – des environs du mont Daisen – vers les Dozen à la recherche d’un climat plus clément. À la fonte des glaces, la hausse du niveau de la mer a entrainé l’isolement de l’archipel, et a induit l’adaptation des espèces subalpines et continentales à un nouvel environnement marin de faible altitude. On y retrouve ainsi des salamandres noires, de gros crapauds, des petites musaraignes, adaptés aux torrents de montagne. Ces espèces endémiques évoluent au milieu de cèdres, de rosiers rugueux, de dents-de-chien et de ciboulette rescapée de l’ère glaciaire.

 

Un appel à la randonnée

Sur le chemin du littoral au nord-est de l’île de Dogo, on peut observer à l’arrière de la plage de Kasuga-no-hama, des rhododendrons aux pieds des pins noirs, tandis que des orchidées blanches poussent sur les troncs.
Au sud, sur la côte Okutsudo, cohabitent harmonieusement des plantes méridionales, pittospores et tilleuls, et continentales, chrysanthèmes et spirées.
Au nord-est près de Funaoroshi, des thuyas et des érables évoluent parmi les chênes de Mongolie, espèces normalement présentes en zone montagneuse.
Au sud de l’île de Nakano-shima, un sentier remonte le cours d’une rivière jusqu’à la grande cascade de Dangyo-no-taki (40 m) en arrière d’un petit sanctuaire. Le bruit de la chute d’eau rompt d’un coup le calme de la dense forêt alentours.

 

Un émerveillement permanent

Du belvédère d’Akao, en passant par l’arche rocheuse de Tsutenkyo, jusqu’aux falaises de Matengai, un magnifique itinéraire de randonnée surplombe la mer du Japon le long du littoral ouest de l’île de Nishino-shima. Sur 2,5 km (1h), il offre un contraste permanent de couleurs allant du bleu maritime profond au bleu azur du ciel, du rouge brun foncé des roches volcaniques, au vert vif ressortant de la végétation. Les cultures, délimitées par de petits murets, se font en rotation entre mise en pâturage, plantations de haricots rouges, blé ou millet. Grâce à cette singulière utilisation des terres, il n’est pas rare de croiser au détour des sentiers touristiques, des chevaux ou des vaches en toute liberté.

 

Informations pratiques

Office de tourisme de San'in : www.sanin-tourism.com

 

L'auteur

Manuel Sanchez

Auteur, photographe, à la recherche de contacts, d'identités culturelles autres, d'architectures singulières. Aguerri par de multiples voyages, j'ai adopté ces astuces menant à des investigations de fond. J’affectionne les précisions des premiers récits de voyage et leur sens du sacré.

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Mont Daisen Mont Daisen
Mont Daisen
Tottori
0h30
Côte de Kuniga & falaise de Matengai Côte de Kuniga & falaise de Matengai
Côte de Kuniga & falaise de Matengai
Dozen
4h00