Fondé en 1931 dans Greenwich Village par l’artiste collectionneuse Gertrude Vanderbilt Whitney, le musée, spécialisé dans l’art américain des 20e et 21e s., s’est installé en 2015 dans un écrin signé Renzo Piano. Prisé des amateurs pour la richesse de ses collections, il séduit aussi grâce à son architectecture singulière.

L’emblème du quartier

Si l’aspect extérieur, à la forme asymétrique indéfinissable, n’émeut pas particulièrement, on prend la pleine mesure de la réussite de Renzo Piano en parcourant ses salles d’exposition. Lumineuses et facilement modulables, elles sont parées de grandes baies vitrées qui offrent d’imprenables vues sur l’Hudson River et l’Est de Manhattan.

Chaque étage dévoile une large terrasse panoramique surplombant la High Line, permettant ainsi au visiteur – fait rare pour un musée – d’alterner les expériences (spectaculaires) à l’intérieur et à l’extérieur du lieu.


©Luc Decoudin/Michelin

 

Plongée dans l’art américain

Le fonds du Whitney Museum of American Art compte environ 21 000 œuvres de plus de 3 000 artistes (dont plus de 3 000 peintures d’Edward Hopper). Une large place est réservée aux expositions temporaires, dans l’optique de replacer constamment la créativité nationale dans les courants artistiques mondiaux, passés et présents.

La visite permet de découvrir les débuts de l’art moderne américain, encore influencé par les grands courants européens, les couleurs du fauvisme et les formes géométriques du cubisme. Parmi les artistes du fonds, on remarque Marsden Hartley, Oscar Bluemner, Max Weber, Georgia O’Keeffe, Charles Sheeler, Stuart Davis, Arshile Gorky et Milton Avery.

On passe du réalisme urbain du début du 20e s. à la peinture géométrique puis abstraite, avant d’aborder le réalisme des années 1930. Si la star du musée est Edward Hopper, on découvre sur ses traces, Paul Cadmus ou Reginald Marsh. Viennent ensuite les expressionnistes abstraits, Robert Motherwell et Clyfford Still, Alexander Calder, Franz Kline, puis Andy Warhol, l’emblème du pop art new-yorkais, ou, plus récemment, Kiki Smith.

 

Conclusion en beauté

Si vous avez la bonne idée de quitter le Whitney à l’heure du déjeuner, sachez que son restaurant, accolé à l’entrée, est d’excellente facture. S’il ne possède pas de nom (Untitled), il a pourtant une belle identité. La courte carte imaginée par le chef David Meyer (Gramercy Tavern) met en scène de beaux produits à travers une cuisine fusion réussie (plats env. 30 $).

 

Informations pratiques

Whitney Museum of American Art
99 Gansevoort St. 
Ouverture : lun. et merc.-dim. 10h30-18h, fermé mar. (sauf l’été)
Tarif : 22 $ (étudiants et seniors 18 $).
Tous les deux ans (années paires - 3 mois au printemps), la Whitney Biennial permet de découvrir les tendances actuelles de la création artistique aux États-Unis, y compris les installations et les vidéos.

 

L'auteur

Luc Decoudin

Géographe de formation, je suis Editeur et rédacteur du Guide Vert depuis 7 ans et parcours le monde pour Michelin. Mon moteur : offrir aux lecteurs du guide ma connaissance des endroits visités et mes coups de coeur.

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Whitney Museum of American Art Whitney Museum of American Art
Whitney Museum of American Art
New York
2h00
High Line High Line
High Line
New York