Depuis les années 2000, le quartier de Harlem renait de ses cendres pour retrouver le visage qu’il avait autrefois : artistique et multiculturel.

Harlem est en pleine effervescence artistique et culturelle. Le quartier connait un dynamisme comme cela n'était pas arrivé depuis les années 1920-1930. L’ancien président Bill Clinton y a d’ailleurs les bureaux de sa fondation depuis le début des années 2000 !

Ce quartier afro, qui a connu ses heures de gloire au début du 20e siècle, a retrouvé un peu de son âme d’autrefois après des décennies de drogue et de criminalité. Les galeries d’art et les centres culturels spécialisés dans la culture et l'art afro (Gavin Brown's Enterprise, Arthur Schomburg Center for Research in Black Culture...) ou les musées (Studio museum...), sont à présent nombreux.

Les fameux clubs de jazz (Cotton Club, Small’s Paradise, Connie’s Inn) qui ont fait la réputation du quartier ont pour certains été restaurés à coups de millions de dollars. On peut écouter du jazz aujourd'hui dans le mythique Apollo Theater qui a vu passer les plus grands comme Ella Fitzgerald ou James Brown, ou encore le Minton's où est né le be-bop.

Apollo Theatre à Harlem, New York
©R. Schulten/Imagebroker/age fotostock

 

Cuisine et architecture

Le processus de gentrification qui avait commencé dans le sud de Manhattan a donc gagné Harlem. On y vit mais on y sort aussi. Des visites guidées sont organisées sur la thématique de l’architecture ou de la cuisine.
Car à Harlem, la cuisine est un délicieux melting pot et possède une identité propre. Les établissements se plaisent à mêler les genres.
Asie, Afrique, Amérique se retrouvent dans l’assiette chez The Cecil’s.
Une cuisine ivoirienne et sénégalaise est servie chez La Savane.
La « comfort food » fait la réputation de Melba’s. C’est-à-dire une cuisine réconfortante, loin d’être légère, dont le plat emblématique est aux Etats-Unis, le Chicken Mac and Cheese (de grosses coquillettes au poulet et fromage fondu).
Marcus Samuelsson, un très médiatique chef d’origine éthiopienne, a repris une institution du quartier, le Red Rooster. Le plat signature, « chicken & waffle », un morceau de poulet frit posé sur une gaufre arrosée de sirop d’érable, nous rappelle le passé festif de Harlem. Il fut inventé, dit-on, pour nourrir les musiciens tard dans la nuit, car certains voulaient dîner, d’autres prendre leur petit-déjeuner.

Chicken & waffle
©zkruger/iStock

Quelques blocks plus au sud, ce même chef a ouvert un autre établissement (Streetbird Rotisserie) qui par sa déco afro hip hop colorée est aussi un lieu de référence de la culture.

Streetbird Rotisserie à Harlem, New York
©Torresigner/iStock

A cinq minutes à pied de ce restaurant, on découvre un célèbre immeuble, le Graham Court Apartments, un des premiers témoins du développement de Harlem au tournant du 19e.
Côté architecture toujours, Harlem est aussi réputé pour ses belles brownstones, maisons en grès rouge qui sont des icônes de New York au même titre que les gratte-ciel. Ne surtout pas passer à côté des immeubles à la West Side Story, aujourd’hui réhabilités par une classe moyenne de toutes origines. Car bien que « gentrifié », Harlem garde encore son premier visage qui est aussi son plus grand atout touristique : un melting pot culturel réussi.

Brownstones de Harlem, New York
©Andrea Izzotti/iStock

 

Informations pratiques

L’Office du tourisme de New York City propose un site d’informations très complet : www.nycgo.com

 

L'auteur

Emmanuelle Jary

Après des études d’ethnologie, je suis devenue journaliste spécialisée dans la gastronomie et le voyage. Très attachée à l’authenticité des préparations, je m’intéresse aux cuisines populaires et de terroir qui au-delà des recettes illustrent l’identité culturelle d’une région, d’un pays.

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Harlem Harlem
Harlem
New York
1h00
Apollo Theater Apollo Theater
Apollo Theater
New York
0h30