Entre les monts Adirondacks et l’océan Atlantique, l’Hudson parcourt plus de 500km à travers collines et montagnes escarpées. Navigable à partir d’Albany, la drôle de capitale de l’État de New York, il relie la partie septentrionale de l’État au reste du continent.

La vallée de l'Hudson, classée Heritage Area (« patrimoine naturel ») par le National Park Service en 1966, offre un environnement grandiose désormais domestiqué par l’homme. Une remarquable concentration de demeures historiques témoigne de l’Age d’Or du 19e s. avec les résidences des nouveaux barons de l’industrie et des grandes dynasties du Nord, telle la famille Roosevelt. Inspirante pour les peintres, on parle de « Hudson River School » pour la grande école de peinture américaine du 19e s, nul doute qu’elle saura vous séduire, selon que vous la remontiez depuis New-York ou Albany.

 

Une aristocratie américaine

Au cours de ses déambulations new-yorkaises, le promeneur ne manquera pas de croiser les noms de J. P. Morgan, Cornelius Vanderbilt, Andrew Carnegie, Jay Gould ou John D. Rockefeller. On retrouve leurs somptueuses demeures sur les bords de l’Hudson. Il n’y avait pas que les milliardaires pour se faire construire de vastes maisons.

En 1870, dans un superbe site d’où la vue s’étend sur la vallée, le peintre américain Frederic Edwin Church (1826-1900) a fait construire Olana, comme peut-être son ultime chef-d’œuvre. Dans cette demeure, qui hésite entre styles mauresque et victorien, on admire les tableaux de Church et de ses amis, membres comme lui de l’Hudson River School. La villa accueille également des expositions d’art ancien ou contemporain.

 

Un haut lieu de l'art contemporain

Ouvert en 2003, le Dia:Beacon (accessible en train depuis Grand Central) est un immense espace de plus de 20 000 m2 – à l’origine une usine d’impression de boîtes de biscuits en activité de 1929 aux années 1970 – dédié pour l’essentiel aux œuvres minimalistes et conceptuelles des années 1960 aux années 1990. On y découvre, sur trois niveaux, une partie des collections de la Dia Art Foundation.

Un peu plus au nord, dans les Berkshires (Massachussets), prenez le temps pour parcourir le MASS MoCA, le plus vaste musée d’art contemporain des États-Unis. Depuis son ouverture en 1999, ce musée est devenu un pôle majeur pour les arts visuels en Amérique du Nord. Il est à la fois remarquable par ses expositions – peintures, photographies, sculptures, installations, performances d’artistes contemporains internationaux – et par le lieu lui-même : l’ancienne usine de teintures textiles, devenue manufacture de composants électroniques, offre un ensemble de bâtiments interconnectés par des cours intérieures, couloirs, escaliers et passerelles qui rendent la déambulation labyrinthique.

 

Entre nature et patrimoine

De grands sites naturels déploient toute leur majesté à l’automne, lorsque les feuilles prennent leur teinte dorée. C’est le moment de découvrir West Point. En 1802, le Congrès en fit officiellement l’Académie militaire des États-Unis. Il demeure à ce jour le plus ancien poste militaire encore en activité.

Albany est une ville très intéressante, riche d’un patrimoine et de musées importants. Le centre s’organise autour de l’Empire State Plaza, un groupe de bâtiments dédiés à une partie de l’administration de l’État de New York, construit à l’initiative du gouverneur Nelson Rockefeller entre 1965 et 1976. Comme un petit air de Brasilia… Une période que l’on retrouve au fil des 90 sculptures modernes (signées notamment Calder ou Noguchi) disséminées dans le quartier ou encore avec The Egg, une détonante construction accueillant plusieurs salles de spectacles.

Le très beau Sterling and Francine Clark Art Institute abrite une collection de peintures, sculptures, dessins et arts décoratifs d’Amérique et d’Europe réunie par Robert Sterling Clark et son épouse française, Francine, héritiers des machines à coudre Singer. Leur collection, réunie entre la Première Guerre mondiale et 1956, est digne des plus grands musées du monde. Désireux de la situer en dehors des centres urbains (davantage menacés en temps de guerre), le couple choisit Williamstown pour y installer son institut en raison de la beauté de cette petite ville.

Enfin il faut absolument découvrir le Hancock Shaker Village. Fondé en 1790 par les Shakers puis abandonné en 1960, le village de Hancock est désormais un musée consacré à cette religion communautaire et utopique, aujourd’hui presque entièrement disparue. Plus de 10 000 objets sont présentés dans une vingtaine de bâtiments d’époque, sur près de 500ha de prairie où vivent en semi-liberté les animaux de la ferme. La grange ronde est considérée comme le chef-d’œuvre de l’architecture shaker pour l’ingéniosité de sa conception.

 

Informations pratiques

Vallée de l'Hudson
Villa Olana
Dia:Beacon
MASS MoCA
Ville d'Albany
Sterling and Francine Clark Art Institute
Hancock Shaker Village

 

L'auteur

Philippe Orain

Etre rédacteur en chef du Guide Vert Michelin c’est avant tout conforter sa nature de voyageur ! Passionné par l’Italie, mon second pays, les USA et les belles routes de France, je suis toujours en quête de bonnes adresses et aime faire partager mes coups de coeur.

Voir tous les reportages de la destination

Les sites cités dans ce reportage

Vallée de l'Hudson Vallée de l'Hudson
Vallée de l'Hudson
Albany
5h00
Grand Central Terminal Grand Central Terminal
Grand Central Terminal
New York
0h30
Les Berkshires Les Berkshires
Les Berkshires
5h00
Musée d'Art moderne du Massachusetts (MASS MoCA) Musée d'Art moderne du Massachusetts (MASS MoCA)
Musée d'Art moderne du Massachusetts (MASS MoCA)
North Adams
3h00
West Point West Point
West Point
West Point
2h00
Institut d'art Sterling et Francine Clark
Institut d'art Sterling et Francine Clark
Williamstown
3h00
Village shaker de Hancock Village shaker de Hancock
Village shaker de Hancock
Pittsfield
2h00