Tamerza
L'essentiel
Mérite un détour

La tache verte de la palmeraie de Tamerza tranche sur le décor minéral du jebel qui la surplombe. Précédant l'oasis, l'extraordinaire village fantôme étale ses constructions ruinées par les inondations de 1969 sur la rive de l'oued El Horchane. Le lit de cette rivière forme un large boulevard raboté et nu qui dit toute la violence des pluies dans la région. Quelques rares bâtiments sont encore debout : maisons ocre abandonnées, d'où seuls se détachent un marabout et la mosquée aux murs blanchis. À quelques kilomètres, le spectacle d'une modeste chute d'eau de 4 m relève du miracle.